ATHENOLIVE

Dans le cadre des projets innovants de leur école d’ingénieur Sup’Biotech, sept étudiants sont à l’origine du projet Athenolive.

Ce projet propose une innovation efficace pour lutter contre la Mouche de l’Olive, le principal insecte ravageur de l’olivier. Cet insecte pond ses larves dans les olives mûres des oliviers puis une fois les olives infectées pressées, l’huile d’olive produite est impropre à la consommation et donc invendable. Tous les pays producteurs d’huile d’olive du bassin méditerranéen sont concernés et économiquement affectés par cet insecte ravageur.

Techniquement, un système biomimétique et synergique entre la chémoattraction et la chémorépulsion a été étudié. Il s’agit en fait de s’inspirer des interactions attractives ou répulsives existantes naturellement entre la mouche et l’olive et de les retranscrire sous forme de deux principes actifs. Tout d’abord, un premier principe actif répulsif sera pulvérisé sur les oliviers, composé d’une molécule répulsive naturelle déposée par la mouche sur l’olive lors de la ponte. Cette « trace » laissée par l’insecte n’est autre qu’un message pour les autres mouches environnantes indiquant qu’une larve est déjà présente dans l’olive. En conséquence, les autres insectes n’iront pas pondre leur larve dans une olive déjà infectée mais seront attirés par une olive saine. D’autre part, un second principe actif attira les mouches déviées vers le système de biotraitement d’Athenolive. Celui-ci mimera l’attraction qu’a la mouche pour l’olive non infectée notamment grâce à l’odeur, la couleur, la forme et la composition même en vitamines et minéraux du fruit. A l’intérieur même de ce système, se trouvera de plus une plaque « collante ». La mouche s’y fixera et restera neutralisée par épuisement.

Depuis le Biominnovate Challenge de 2017 réalisé par Biomim’expo, le projet Athenolive a gagné en notoriété notamment en bénéficiant d’un reportage diffusé sur France 2 dans l’émission du Télé Matin, le 24 Octobre 2017. Cette opportunité s’est présentée à la suite de la victoire du concours la France des Solutions organisé le 9 Octobre 2017 au Palais d’Iéna, à Paris. Le projet a également bénéficié d’articles de presse publiés dans la revue mensuelle de Villejuif et sur le site de FuturaScience dernièrement. De plus, la chef de projet Marion CANALE a été retenue pour réaliser un stage dans les locaux de l’EBCL de Montpellier afin d’identifier la molécule attractive de l’olivier caractéristique du second principe actif attractif du projet. L’identification d’une molécule répulsive se fera au cours d’une thèse probablement dès Septembre 2019. L’entreprise Athenolive verra donc le jour à la suite des travaux de thèse de Marion, courant 2022.


Contact:

Marion CANALE

Etudiante en cinquième année – Sup’Biotech
Chef de Projet – Athenolive

marion.canale@supbiotech.fr

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s