GILLES MERMET

PORTRAITS D’INSECTES

Le photographe Gilles Mermet présente une galerie de « portraits d’insectes ».
Pour réaliser ces portraits, il a installé son studio à l’intérieur du Laboratoire
d’entomologie du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. Pendant six mois, il
a photographié pour le Magazine Géo puis pour les Editions de l’Imprimerie
Nationale (*), près de deux cents insectes naturalisés.

« En choisissant la prise de vues à la chambre photographique, en grand
format, explique-t-il, j’ai voulu montrer la magie des détails. Chaque insecte méritait
son éclairage idéal qui mette en valeur ses transparences et ses brillances, son
velouté ou ses aspérités, et qui effleure sa silhouette. Pour cela, j’ai posé chaque
insecte dans l’espace, éloigné du fond noir. Cette situation me permettait de placer
mes sources de lumière à ma guise, frontale ou frisante, mais aussi en contre-jour,
de sorte qu’en traversant la matière, la lumière donnait aux ailes l’éclat de leurs
vraies couleurs. J’ai cherché à éclairer l’insecte de l’intérieur, comme si la lumière
émanait de lui. Magnifier l’animal naturalisé pour tenter de redonner le frémissement
de la vie, et glorifier ainsi « l’insecte absolu », le représentant type de son espèce,
un chef-d’œuvre de la Nature, mystérieux, fragile et digne de respect ! »

Pour le Salon Biomim’expo à la Cité des Sciences et de l’Industrie, il a choisi
quelques-unes de ses plus belles photographies d’insectes d’Amazonie. Ils sont les
magnifiques ambassadeurs de la plus grande forêt tropicale du monde. Ces
quelques insectes, appartenant à de grands ordres de la classification
entomologique (papillon, coléoptère, phasme, sauterelle, mante, fulgore…) donnent
une idée de l’incomparable trésor biologique que conserve la forêt amazonienne.
Plus de 100.000 espèces d’insectes y ont été répertoriées. Il en reste sans doute
autant à découvrir ! La biodiversité est une richesse inestimable et fragile. Elle est
une ressource fondamentale pour l’homme mais aussi la source principale du
biomimétisme.

A travers quelques autres photos de coléoptères en grand format, Gilles Mermet
nous montre aussi que les carapaces des insectes sont, par leur forme, une source
d’inspiration pour les exosquelettes en robotique, et par leurs couleurs structurelles,
une source d’inspiration pour les technologies optiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s