DAVID TAIEB

Entre 1999 et 2012, David Taieb a évolué au sein de Lagardère Sport et de RMC Sport. En 2012, il intègre le club de rugby professionnel parisien, le Stade Français Paris, en tant que directeur marketing, communication et commercial.

Très sensible aux grandes causes écologiques, il rejoint le navigateur Yvan Bourgnon en avril 2018 pour prendre la direction du marketing et du développement de l’association The Seacleaners. Il avait déjà travaillé avec lui il y a 15 ans sur son programme de sponsoring pour les grandes courses au large, et le nouveau challenge est de taille : agir en mer et construire le premier quadrimaran géant capable de collecter les macro-déchets plastiques qui polluent les océans. »


MICHEL VEUNAC

Michel Veunac est psychosociologue spécialisé dans la communication, l’ingénierie sociale, l’écologie urbaine, le management et la sociologie des organisations.

Chevalier de la Légion d’Honneur et Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Entré en politique en 1989 aux côtés de Brice Lalonde à la création de Génération Ecologie, il rejoint François Bayrou à l’UDF en 1995 et contribue à la création du Mouvement Démocrate (Modem) dont il est toujours adhérent.

LAURENT BILLON

Laurent BILLON est Professeur à l’Université de Pau & Pays de l’Adour où il enseigne la Science des Polymères. Il est Directeur adjoint de l’IPREM UMR 5254 et anime un groupe de chercheurs autour des Matériaux bio-inspirés en étudiant leur fonctionnalité et leur capacité d’auto-assemblage. Son activité de recherche est basé sur la réalisation de nouvelles architectures macromoléculaires (copolymères à bloc et/ou gradient, microgels) pouvant le cas échéant faire appel à des bio-ressources (terpènes, fibres naturelles) afin d’étudier leur auto-assemblage pour créer des surfaces hiérarchiquement structurées du nanomètre au micromètre ou des matériaux bio-inspirés.
Les domaines d’applications de ces recherches au travers de relations industrielles et internationales se situent dans le domaine des cosmétiques et de la santé mais aussi des nouvelles énergies. Il est coordinateur du projet européen eSCALED au sein d’un consortium de 12 partenaires et 14 doctorants venant de 8 pays différents. La thématique scientifique d’eSCALED est de mimer la Photosynthèse Naturelle : la Photosynthèse Artificielle. L’objectif est d’utiliser des ressources abondantes à la surface de la Terre comme l’énergie solaire, le CO2 et l’eau, pour synthétiser des carburants solaires, l’hydrogène ou des molécules carbonées comme briques de construction de la chimie (méthanol, acide formique …). Cette approche consiste à stocker l’énergie du Soleil sous forme moléculaire, concept développer par la Nature depuis quelques temps …

EVA’S SPACES

This year while addressing the U.S. Congress President Emmanuel Macron
stated: « There’s no Planet B” further placing this phrase into the
mainstream media and reminding the world that climate change is real. But
does this knowledge change something in our choices and how we live our
daily lives? How can we motivate numerous individuals to change their
habits and live lives that benefits both people and the planet? That kind
of life-changing motivation comes from a profound personal revelation!

Anastasia Talkova-Crestani, architect, artist on her work :

Environmental Generational Amnesia , a concept introduced by Peter H. Kahn. His work addresses  » from a psychological stance – two words trends that are powerfully reshaping human existence: the degradation if not distraction of large parts of the natural world, and unprecedented technological development , both in the therme of its computational sophistication and pervasiveness.These ideas are incredibly important as we navigate creating a balance between our natural and technological worlds.

We should investigate and find a new ways and forms of emergence of co-relations humain-nature in the era of mondialisation.
Through the concept  » architecture – a new form of natural medicine » I engage myself to bring bio-inspired solutions to humans in the « non places »* in the aim to restore and maintain the degree of homeostasis and well-being, to reconnect to Natureand inspire to take care of oneself and the other living forms that make up this world”.

YVAN RAHBE

Yvan Rahbé est Directeur de Recherche INRA. Ses activités de recherche se concentrent principalement sur les matériaux biomimétiques inspirés des cuticules d’insectes et en particulier de leurs pièces buccales – projet EPI-Cuticle. Yvan est également à l’initiative du groupe de recherche Lyonnais sur le biomimétisme ‘BIG’ – Bio-inspired Group.

PHILIPPE GRANDCOLAS

Ecologe et systématicien de formation, Philippe Grandcolas a travaillé dans un laboratoire d’éthologie et de biologie de l’évolution de l’université de Rennes I associé au CNRS. Il a rejoint ensuite un laboratoire de Systématique et Evolution du Muséum. Ses recherches concernent l’évolution des faunes et du comportement des Insectes Dictyoptères pour lesquelles il a travaillé sur le terrain dans de nombreux pays tropicaux. Il est aujourd’hui Directeur de recherche au CNRS et Directeur de l’Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité, une unité mixte de recherche du Muséum national d’Histoire naturelle, du CNRS, de l’Université Pierre et Marie Curie et de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, comportant deux cents systématiciens et biologistes de l’évolution. Entre autres fonctions internationales, il est par ailleurs Vice-président du conseil scientifique du GBIF et Point Focal National GTI France pour la Convention sur la Diversité Biologique.

My research focuses on the phylogenetic analysis of evolution and is aimed at reconciling the approaches developed for building trees on the one side and those developed for using trees on the other side. The rationale of such a reconciliation is to conduct conservative tests of evolutionary hypotheses (« scenarios ») and to provide the best biodiversity sampling possible according to taxonomic knowledge. In this framework, I contributed to the concept of phylogenetic tests of evolutionary scenarios (e.g., Grandcolas, 1997 ; Grandcolas et al., 2001, 2004, 2011 ; Grandcolas & D’Haese, 2003) and I studied the evolution of behavior in Dictyopteran Insects (e.g., Grandcolas, 1998 ; Grandcolas & Deleporte, 1996 ; Legendre et al., 2008, 2013 ; Pellens et al., 2002, 2007).

These phylogenetic and comparative approaches were rooted in systematic studies and field sampling of cockroaches, with varied contributions to their taxonomy, behavior and classification (e.g., Grandcolas, 1994, 1996, 1997). During the last years, developing such approaches has been made in collaboration with the colleagues from my former team « Phylevo » and the present team « Evofonct » headed by Frédéric Legendre. In doing so, we consider the fundamental need for making available the biodiversity data through the taxonomic system, the collections and associated data bases, concerning fossil and present species, and morphological molecular or behavioral data.

More recently, I contributed to the phylogenetic analysis of the origin of island biota with the study of the special case of New Caledonia. « Island » is a polysemic term used for both small continents or ephemeral « oceanic » terrestrial landscapes and the theories of island biogeography are still in need of important clarification. New Caledonia is particularly interesting in this respect, since it was considered continental on a misunderstood geological basis but should actually be regarded as an old oceanic island. It offers then a great opportunity to understand how to analyse and date the origin of the biota without being trapped in diverse ad hoc assumptions of dispersal or vicariance (e.g., Murienne et al., 2005 ; Grandcolas et al., 2008 ; Nattier et al., 2011).

ELEPLANT

A l’heure où les consommateurs réclament des produits plus respectueux
de l’environnement, il est temps de trouver des alternatives aux
produits chimiques.

Eleplant transforme des matières premières végétales biologiques. Nos
innovations s’adressent à des marchés dans le domaine du
non-alimentaire: bougies, répulsifs, parfums d’intérieur. Notre
approche: construire une offre simple et sérieuse au travers de produits
intelligents et responsables, directement inspirés de la nature.


Site web


Contact:

Sandrine Dancette, sd@coeurdabeille.com

GILLES MERMET

PORTRAITS D’INSECTES

Le photographe Gilles Mermet présente une galerie de « portraits d’insectes ».
Pour réaliser ces portraits, il a installé son studio à l’intérieur du Laboratoire
d’entomologie du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. Pendant six mois, il
a photographié pour le Magazine Géo puis pour les Editions de l’Imprimerie
Nationale (*), près de deux cents insectes naturalisés.

« En choisissant la prise de vues à la chambre photographique, en grand
format, explique-t-il, j’ai voulu montrer la magie des détails. Chaque insecte méritait
son éclairage idéal qui mette en valeur ses transparences et ses brillances, son
velouté ou ses aspérités, et qui effleure sa silhouette. Pour cela, j’ai posé chaque
insecte dans l’espace, éloigné du fond noir. Cette situation me permettait de placer
mes sources de lumière à ma guise, frontale ou frisante, mais aussi en contre-jour,
de sorte qu’en traversant la matière, la lumière donnait aux ailes l’éclat de leurs
vraies couleurs. J’ai cherché à éclairer l’insecte de l’intérieur, comme si la lumière
émanait de lui. Magnifier l’animal naturalisé pour tenter de redonner le frémissement
de la vie, et glorifier ainsi « l’insecte absolu », le représentant type de son espèce,
un chef-d’œuvre de la Nature, mystérieux, fragile et digne de respect ! »

Pour le Salon Biomim’expo à la Cité des Sciences et de l’Industrie, il a choisi
quelques-unes de ses plus belles photographies d’insectes d’Amazonie. Ils sont les
magnifiques ambassadeurs de la plus grande forêt tropicale du monde. Ces
quelques insectes, appartenant à de grands ordres de la classification
entomologique (papillon, coléoptère, phasme, sauterelle, mante, fulgore…) donnent
une idée de l’incomparable trésor biologique que conserve la forêt amazonienne.
Plus de 100.000 espèces d’insectes y ont été répertoriées. Il en reste sans doute
autant à découvrir ! La biodiversité est une richesse inestimable et fragile. Elle est
une ressource fondamentale pour l’homme mais aussi la source principale du
biomimétisme.

A travers quelques autres photos de coléoptères en grand format, Gilles Mermet
nous montre aussi que les carapaces des insectes sont, par leur forme, une source
d’inspiration pour les exosquelettes en robotique, et par leurs couleurs structurelles,
une source d’inspiration pour les technologies optiques.

ALIZEE GERARD

Designer bio-inspirée, Alizée partage son temps entre la Polynésie et la France. Elle est diplômée d’un BTS Design Produits et d’un Master “Design de la transition” effectué à l’EESAB de Brest.

Son cursus lui a permis d’appréhender le design au travers de problématiques liées à la transition (énergétique, écologique…), notamment par le biais du biomimétisme. C’est ce qui lui a donné l’ambition de travailler sur des projets pluridisciplinaires alliant sciences et design au profit d’enjeux actuels.

Inspirée depuis toujours par la Nature Polynésienne, et en particulier l’Océan Pacifique, ses lagons et ses écosystèmes coralliens, Alizée développe de nombreux projets, qui s’inscrivent dans son concept de « Récif Urbain », vision d’une ville nouvelle, inspirée des écosystèmes coralliens.

Alizée est membre actif du réseau Polynésien de Biomimétisme depuis sa création (septembre 2017) – elle y est la responsable du pôle design, et intervient en support des projets d’innovation et de conception, traduisant les idées innovantes issues de l’analyse des stratégies naturelles, en design d’objets et de systèmes, adaptés au contexte spécifique du projet. Elle perçoit son rôle de designer comme faisant partie d’un écosystème qui ne peut fonctionner qu’au travers d’objectifs communs et de collaborations multidisciplinaires.

Le réseau Polynésien de Biomimétisme (150 personnes environ), créé et animé par François Briant, met à la disposition de ses membres les méthodes et les outils développés par le Biomimicry Institute et le CEEBIOS, en les adaptant au contexte Polynésien, et en illustrant leur usage sur des exemples spécifiques. Les premiers usages sont issus de projets pilotes réalisés en 2017 et 2018, focalisés sur l’observation, l’étude et l’usage des écosystèmes coralliens polynésiens comme source d’inspiration, pour développer des innovations de rupture par biomimétisme. Ils sont le fruit d’une collaboration étroite entre le pôle d’innovation Tahiti Fa’ahotu,
l’Université de Polynésie Française, le CRIOBE (« Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement » – Labex Corail) et le club de plongée Eleuthera.


LinkedIn